Catégories
Blogs protestants

«Super normal» comme modèle théologique

Le designer anglais Jasper Morrison m’interpelle. Son concept de «super normal» ne peut laisser indifférent. Par cette idée, il cherche à proposer des objets beaux, simples, pérennes et efficaces. De toute évidence, c’est une piste à suivre pour la théologie protestante au XXIe siècle.

Une passion pour les chaises

À l’exception de ma femme et de ma collègue directe, peu de personnes subissent au quotidien ma passion pour les chaises. Ainsi que pour les designers de mobilier. Et pourtant, j’y pense souvent. Et j’en parle trop.

La chaise est un objet du quotidien, en général plutôt banal. C’est exactement pour cette raison qu’il m’intéresse. Une chaise se doit d’être, dans un ordre aléatoire:

  • compréhensible: une chaise est comprise comme telle au premier regard, elle invite à s’y poser (prendrez vous le risque de vous asseoir sur une Zig Zag de Gerrit Rietveld)
  • utile: elle est un mobilier utilisé au quotidien, pas un objet de décoration
  • accessible: elle est financièrement à la portée de celles et ceux qui en ont besoin
  • contemporaine: elle colle aux codes du temps, sans forcément s’y soumettre complètement, pour s’inscrire dans la réalité des intérieurs d’aujourd’hui
  • belle: elle plaît à celles et ceux qui la voient au quotidien
  • qualitative: elle résiste dans la durée, elle est solide
  • confortable: elle permet une utilisation longue, sans douleurs ni fatigue
  • pratique: elle est adaptée aux réalités spatiales (par exemple: empilable) et aux capacités humaines (par exemple: pas trop lourde)

Ces caractéristiques n’ont rien d’un manifeste de design. Elles constituent plutôt une liste intuitive.

All Plastic Chair: une chaise «super normale»

De mon point de vue, Jasper Morrison remplit tous ces critères avec ses chaises. Voici l’exemple de sa All Plastic Chair dessinée pour Vitra.

Rien de plus banal que ces 4 chaises accolées à une table ronde. Elles donnent envie de s’y poser le temps d’une discussion ou d’un café. Je vous assure qu’elles sont confortables. C’est pourquoi je les verrais bien sur ma terrasse ou dans un appartement de vacances.

Super normal par Jasper Morrison
4 chaises APC par Jasper Morrison (photo: Vitra)

Pour comprendre le travail du designer anglais, fraîchement honoré du titre de Commandeur de l’ordre de l’empire britannique (CBE), une lecture de l’article Lorsqu’une chaise est super normale s’impose.

Sa démarche n’est pas sans rappeler le travail de théologien·ne. Observer son environnement et son époque, comprendre et relire le passé, créer un objet qui touche ses contemporains en s’immisçant dans leur quotidien. Mais surtout, je retiens cette citation qui résume des siècles de protestantisme:

Les choses ne doivent pas tant être nouvelles, elles doivent être meilleures.

Jasper Morrison

Rien n’est plus simple qu’une belle et bonne chaise. À chaque fois que je dis ma fascination pour Morrison, celles et ceux que je bassine s’empressent de rechercher son nom sur le web et de me dire leur incompréhension. Je les comprends. Pourtant, un bon meuble le devient à l’usage, pas sur une image.

Des blogueuses et blogueurs

Les blogueuses et blogueurs dont j’ai conseillé les sites hier sont des Jasper Morrison qui s’ignorent. En exprimant leur(s) théologie(s) sur leurs sites, en raison de la modalité utilisée, c’est bien à un renouvellement du discours théologique que l’on assiste.

Le professeur Olivier Bauer a appelé son blog Une théologie au quotidien. Complètement banal mais tout sauf banal… Dans certains billets, il parle de lui à la troisième personne, se qualifiant de «théologien du quotidien». Je ne trouve pas la formule très élégante mais je la sais juste.

Laure Devaux Allisson propose des méditations domestiques. De son dressing, de sa cuisine, de son salon, elle s’adresse aux internautes sous forme de vidéos, de textes ou d’enregistrements audio. Quoi de plus banal, mais il n’est pas banal de théologiser ainsi son quotidien. Ce n’est pas normal, c’est «super normal».

Diane Friedli — ma femme que je saoule d’histoire de chaises —  adore intégrer la culture grand public dans ses prédications. À ce propos, je vous recommande son récent culte radiodiffusé Un peu d’amour, que diable! qui me semble viser juste. Des chansons populaires aux très belles interprétations ainsi qu’une thématique classique traitée sans mièvrerie. À noter que le travail pour arriver à cette apparente simplicité est caché. Comme les détails des chaises de Jasper Morrison.

«Super normal» pour le web

Dans ma manière d’imaginer le web, je pense que la démarche «super normale» est aussi la bonne. En règle générale, un site devrait paraître assez banal. De manière à respecter des codes qui rendent évidente la compréhension de son fonctionnement et de sa structure. J’en dis quelque chose dans mon billet Des objectifs clairs pour réussir son site web.

Les blogs donc j’ai parlé ci-dessus sont parfaitement «super normaux». Il se présentent sous la forme classique de blogs, c’est-à-dire un ensemble de contenus organisés par ordre chronologique inverse. Mais ils dépassent parce qu’ils sont des blogs la manière classique de faire de la théologie; publier des livres, prêcher ou proposer des conférences.

De toutes évidence, tous les sites Internet théologiques feraient bien de s’inspirer de Jasper Morrison. Pas d’esbroufe, pas de minimalisme, mais une proposition de qualité, qui utilise les meilleures techniques sans en faire état et conforme aux pratiques usuelles.

Dire et redire la même chose

Précédemment dans ce billet, j’ai proposé une citation de Morrison. Elle s’applique parfaitement à la théologie. Ne pas inventer de nouvelles choses, mais reformuler ce qui doit l’être au mieux. Presque une définition du «super normal».

Qu’est-ce que la théologie protestante réformée au XXIe siècle, sinon la redite de convictions anciennes qu’il convient de présenter de manière accessible?

Je ne me sens pas la motivation de lister toutes les thématiques qui sont des constantes dans la théologie chrétienne depuis ses origines. Par contre, je vous propose un exercice. Rendez-vous sur le site Je cherche Dieu de Marc Pernot et prenez quelques minutes pour lire les questions des internautes. Le pasteur genevois ne fait que répondre à des classiques, pour lesquelles des réponses existent déjà quelque part. Des pasteur·e·s ont répondu à des paroissien·ne·s de tout temps ont publié des livres magistraux sur ces sujets récurrents.

Et pourtant, tout est différent: le média, la personnalisation des réponses, le public cible (ou l’absence souhaité de public cible), etc. C’est peut-être une meilleure manière de refaire la même chose.

Panton Chair
Chaises Werner Panton au Schaudepot de Weil-am-Rhein.

«Super normal» en théologie

Je reviens à la thématique des chaises et aux critères utilisés pour les appliquer à la théologie. Dans le même ordre:

  • compréhensible: les choses sont assez limpides pour éviter de se perdre dans méta-discours (genre: pourquoi la théologie?)
  • utile: la théologie est une clé de lecture ou un moyen d’appréhender le monde qui sert au quotidien
  • accessible: elle n’exige pas de compétences exceptionnelles pour être reçue
  • contemporaine: elle formule ses concepts dans des formes adaptées aux réalités de vie de notre époque
  • belle: elle donne envie
  • qualitative: elle propose des contenus travaillés qui gardent une pertinence dans le temps
  • confortable: elle peut être vécue avec décontraction et dans une ambiance agréable
  • pratique: à la manière d’un couteau suisse, elle est suffisamment intégrée pour être toujours emportée avec soi

En conclusion, je me mets à rêver de «super normal» en théologie. L’enjeu de notre époque est de sortir de la théologie de moments et de lieux particuliers, qui sont devenus — consciemment ou non — des sanctuaires. Saviez-vous qu’une excellente chaise bonne théologie est capable de faire émerger l’extraordinaire dans la banalité du quotidien?


On me signale Évangile et vie quotidienne de François Vouga chez Labor et Fides. Ce livre n’est pas forcément destiné au grand public; il est un outil pour les ministres qui cherchent à s’adresser au plus grand nombre.

2 réponses sur « «Super normal» comme modèle théologique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *