L’Église toujours à réformer

L’affirmation d’une Église toujours à réformer porte sur l’institution. En termes techniques, sur son l’ecclésiologie. Ce principe protestant n’a pas été exprimé ainsi dès la Réforme. Pourtant, les conceptions de l’Église défendues à cette époque reflètent parfaitement cette idée.

Plusieurs déclinaisons de la formule existent, avec des sens analogues. Cette page choisit la première version, plus courte:

  • Ecclesia semper reformanda: L’Église toujours à réformer
  • Ecclesia reformata semper reformanda est: L’Église réformée est toujours à réformer

À quoi s’oppose Ecclesia semper reformanda?

Le principe de l’Église toujours à réformer s’oppose frontalement à la conception ecclésiologique catholique. Le moine Martin Luther cherchait à changer son Église, à la faire modifier ou abandonner certaines pratiques.

Il a été considéré ensuite comme réformateur, avec d’autres, alors qu’il a «créé» une autre Église. Par des désaccordes fondamentaux et une rapport différent au changement.

L’Église de Rome a une pratique cumulative. Chaque affirmation, chaque dogme, est ajouté aux précédents. Et tous sont pleinement valide.

Dans la conception protestante, l’affirmation Ecclesia semper reformanda rappelle que l’institution n’est pas une finalité. Qu’elle peut se tromper, qu’elle doit corriger ses coutumes et ses pratiques. Et tenir compte ainsi des connaissances et des conceptions de son époque.

L'église toujours à réformer
Une église toujours à réformer, à construire, à détruire ou à abandonner.

Évolution de l’Église

En protestantisme, rien n’empêche une réforme considérable de l’institution église en toute temps. Il n’y a pas de dogmes à conserver à tout prix, pas de croyances qu’il est impossible de reformuler.

L’Église protestante est en constante évolution; ou devrait l’être. Certaines personnes lui reprochent de «coller à son époque» ou de «suivre le Monde» (comme si le Monde était une entité mauvaise).

Le sens de l’Église réformée, c’est d’être en interaction permanente avec le monde, avec son époque, avec la société. Ainsi, l’évolution et la réforme permanente est son patrimoine générique, non son dévoiement.

L’Église comme construction humaine toujours à réformer

Pour comprendre les Églises protestantes, il faut reconnaître avec elles qu’elles sont des outils au service de la proclamation de l’Évangile.

Autrement dit, les Églises sont conçues pour diffuser au mieux la bonne nouvelle. Leurs structures et leur organisation devraient être tournées vers l’efficacité de l’expression du message chrétien. Non vers leur propre survie ou le respect des traditions.


Selon la version anglophone de Wikipédia, l’expression a été popularisée par le théologien suisse Karl Barth dès 1947. Elle n’est pourtant pas de lui.

Les autres principes à découvrir: