L’Écriture seule

La référence à laquelle se fier est l’Écriture seule. Elle est l’autorité ultime dans le protestantisme. Un affirmation défendue dès la Réforme. Certaines personnes estiment que ce principe protestant est premier. D’autres pensent qu’il découle des 4 autres.

À quoi s’oppose sola scriptura?

En protestantisme, l’Écriture est considérée comme l’autorité ultime. La confession protestante s’oppose au catholicisme romain qui y ajoute l’autorité de la tradition de l’Église.

Les positions ecclésiales, les pratiques et les traditions existent aussi dans le protestantisme. Elles peuvent toutefois toujours être corrigées en fonction de la lecture faire de l’Écriture.

Pour dire les choses simplement. L’Écriture est centrale dans le protestantisme; l’Église est centrale dans le catholicisme romain.

Bible ou Écriture seule

Il faut distinguer 3 termes pour comprendre la spécificité protestante:

  • Une bible (avec minuscule) est un objet. En protestantisme, c’est un simple livre parmi d’autres.
  • Une Bible (avec majuscule) représente l’ensemble des livres bibliques qu’elle rassemble. Elle regroupe l’Ancien et le Nouveau Testament. Il est aujourd’hui possible de lire la Bible sans posséder de bible.
  • L’Écriture est un message, contenu dans la Bible et interprété. Le centre du message chrétien est l’Évangile.
La bible comme un livre
La bible comme «objet», la Bible comme livre de foi, l’Ecriture comme seule référence.

Littéralisme, libéralisme, etc.

La question de l’Écriture seule est problématique dans l’histoire protestante de la Réforme à nos jours. La question de l’interprétation ou des conceptions herméneutiques est centrale et polémique.

Avec l’arrivée des Lumières, les méthodes d’interprétation se sont affinées avec les connaissance. Jusqu’à une rupture au XIXe siècle. Ou plutôt des ruptures:

  • Des courants libéraux considérant la Bible comme une production culturelle parmi d’autres. Il leur est reproché d’instrumentaliser l’Écriture à leur guise.
  • Des courants plus conservateurs considérant que l’Écriture et le texte biblique sont identiques. Il leur est reproché d’être littéraliste; de se focaliser plus sur la lettre que sur l’esprit.

Aux XXe et XXIe siècles, les ruptures se sont modifiées. Il existe au moins 4 courants d’interprétation:

  • les purs libéraux qui considèrent toujours la Bible comme simple manifestation de la culture
  • des courants historico-critiques (dits «libéraux» par les courants plus évangéliques) pour qui l’Écriture est la Bible analysée à la lumière de toutes les connaissances actuelles
  • des courants évangéliques (dits «conservateurs» par les courants historico-critiques), qui attachent une certaine importance à la lettre, toute en reconnaissant la nécessité d’une mise en contexte
  • les fondamentalistes qui prônent une lecture littérale du texte biblique

Les autre principes à découvrir: