theologique.ch

Un site web comme processus

L’analogie avec un équipement industriel est facile: investir puis amortir. Pourtant, un site web ne fonctionne pas comme une machine que l’on achète et que l’on utilise durant 10 ans sans l’améliorer. Penser son site dans une optique d’amélioration contenue permet de durer au mieux.

Investir et amortir

Pour illustrer le propos, rien de tel qu’un tableau comparatif. Les deux sites coûtent 100’000 francs sur 5 ans. (La somme de 100’000 francs est choisie uniquement par souci de clarté. Rien ne dit qu’un site doit coûter ce prix.)

AnnéeSite 1Site 2
180000développement: 60000contenu: 2000040000développement: 15000contenu: 25000
2500015000
3500015000
4500015000
5500015000

Le Site 1 est géré selon un schéma classique. Les frais de développement sont élevés. Les exigences étaient élevées et l’agence a démontré qu’il n’était pas possible de faire autrement. Comme le développement coûte cher, le budget de contenu a été revu à la baisse; il n’était pas possible d’investir durant la première année.

Le Site 2 évoluera dans le temps. Le développement a été limité au maximum et le contenu dispose du budget souhaité. Durant les 4 ans suivant, le budget de fonctionnement est 3 fois plus élevé que pour le Site 1, pour un coût total identique.

C’est ainsi qu’il faut défendre un budget web: une somme similaire chaque année (quelle que soit la somme)!

Quel site est le meilleur?

Difficile à dire sans les avoir sous les yeux. Mais on peut en avoir une petite idée.

Au lancement…

Le Site 1 dispose d’une charte graphique particulièrement soignée, qui en met plein la vue. Et d’un système d’agenda pointu. Malheureusement, certaines photos issues d’une banque de données ne lui rendent pas justice. Les 5000 francs pour le photographe ont été supprimés.

Le Site 2 donne une impression de déjà vu. L’agenda sous forme de liste est un peu simpliste, mais malgré tout assez clair. Tous les contenus présents sont là et les photos de bâtiments sont magnifiques.

Quelques années plus tard…

La charte graphique du Site 1 a vieilli. Aujourd’hui, on choisirait d’autres codes couleurs et une police d’écriture différente. Le système de tags de l’agenda n’est pas vraiment utilisé. Et surtout, un nouveau réseau social est arrivé et son intégration n’a pas été possible. Les 5000 francs annuels ne permettent pas de faire mieux qu’une maintenance technique minimale.

Chaque année, le Site 2 a évolué un peu. Les couleurs sont plus fraîches et les images du nouveau réseau social sont reprises automatiquement. L’agenda fonctionne toujours. Et le photographe est revenu dans la paroisse pour donner un cours aux bénévoles et a couvert 2 manifestation chaque année. Une vidéo du dernier culte autrement a été montée par des étudiant·e·s correctement défrayé·e·s.

Les grands investissements sont contre-productifs

L’exemple ci-dessous paraît dramatique pour le Site 1 et idyllique pour le Site 2. C’est exactement ce qui se passe dans la réalité, sans exagération.

Les grands investissement initiaux sont contre-productifs pour 4 raisons:

Le web à bas coût n’est pas mauvais

Finalement, il faut tordre le cou à une vieille idée reçue. Le bon marché n’est pas forcément mauvais sur le web, au contraire.

Pour réussir à réaliser un site à prix raisonnable, l’agence en charge du Site 2 a fait des choix pragmatiques. Elle a choisi d’utiliser WordPress avec un thème (template) (gratuit) proposé par l’entreprise qui crée le CMS (gratuit). Cette présentation n’est pas originale mais le choix judicieux des couleurs, polices et photos donne une belle identité au site. (En passant, toutes les pages Facebook, Twitter ou Instagram ont la même présentation de base, ce qui n’empêche ni l’originalité, ni l’esthétique…)

Mais surtout, ce thème utilisé par 100’000 site dans le monde est mise à jour en continu (et gratuitement). Dès qu’un détail d’accessibilité est détecté, il est corrigé. Quand un nouveau téléphone impose un nouveau format d’écran, il est corrigé. Et le menu conçu sans développement spécifique permet de repenser la navigation à tout moment.

Le Site 1 a été développé par des graphiste. C’est du sur mesure. Malheureusement, l’agence l’a testé avant tout sur ses excellents écrans Apple. Sur un écran de moins bonne qualité, les contrastes sont insuffisants. Et pour changer un détail de mise en page, il faut passer par des heures de développement. Dans la durée, le thème sur mesure s’avère bien plus cher et beaucoup moins bon.

Et le processus, dans l’histoire? Avec le thème par défaut, utilisés sans développements spécifiques, il devient facile d’en changer. La présentation du nouveau thème WordPress plaît, la bascule sera simple. Bienvenue dans le monde du logiciel libre et du pragmatisme.