theologique.ch

Présence paroissiale globale

Une institution met son site en ligne; elle se sent donc bien présente sur le web. La réalité est autre, une présence web ne se limite jamais à un site, mais à un ensemble de lieux interconnectés. Penser présence sur le web plutôt que site web est le meilleur choix pour réussir.

Site institutionnel

Le site paroissial institutionnel est une présence obligatoire. Peu importent sa taille et sa complexité. Peu importe qu’il se trouve sur un site plus général (régional ou cantonal) ou qui qu’il soit autonome. Le site institutionnel est le liant entre toutes les autres présences sur le web.

La possession de son propre nom de domaine permet de durer malgré les services qui ferment et les conditions générales qui changent. En renvoyant systématiquement les internautes à une URL (adresse web) de son nom de domaine, les habitudes se créent. Le site est une boussole dans la complexité de sa présence sur le web.

Google Maps (cartographie)

Pour presque toutes les recherches comportant paroisse de... ou temple de..., Google propose une fiche de lieu issue de Google Maps. Elle présente une adresse complète et une carte. Elle peut présenter une des horaires d’ouverture, un lien vers le site officiel et des photos classique ou panoramiques.

Souvent, les fiches concernant les paroisses et les lieux paroissiaux sont mal conçues: temples absents, horaires incorrectes, photos médiocres, etc. Pire, les responsables des lieux n’ont pas toujours la maîtrise de leurs propres fiches!

Google Maps est un des outils les plus utilisés par nos contemporains (parfois même sans le savoir). Améliorer sa présence institutionnelle sur Google Maps est simplement utile aux internautes.

Réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont-ils les alliés ou les ennemis d’une paroisse sur le web? La réponse est-loin d’être évidente. En publiant leurs activités sur Facebook et compagnie, les paroisses disposent d’un moyen de diffusion a priori intéressant. Mais l’illusion du succès de de l’efficacité est toujours en embuscade.

Toute paroisse devrait élaborer une stratégie d’utilisation institutionnelle des réseaux sociaux pour éviter de tomber des les pièges posés par ces outils. C’est possible de prendre de bonnes décisions, à condition d’y réfléchir à tête repose et non dans le feu de l’action. Une solution toute simple: partager uniquement des URL dont le nom de domaine est celui de la paroisse.

YouTube et autres (vidéo)

La publication de contenus vidéos est facile (contrairement à leur production, complexe). Mais la mise en ligne cohérente des contenus n’est pas évidente. YouTube et compagnie sont des outil de diffusion de vidéo, mais aussi des réseau sociaux, voir des lieux de présence officielle.

Une paroisse qui n’a pas réfléchi à ses pratiques pour diffuser du contenu en vidéo risque fort de se perdre en les différents plateformes existantes. Aujourd’hui, la majorité des télévisions permet la diffusion d’une vidéo YouTube. Une solution utile à celles et ceux qui n’ont (prétendument) pas internet?

Son & podcasts

L’audio est plus facile à produire que la vidéo. Et souvent plus pertinent. Reste à savoir comment le diffuser au mieux. Un podcast est beaucoup plus qu’un enregistrement mis un ligne sur un site ou un service dédié. Un podcast est une possibilité de s’abonner à tous les contenus proposés, avec l’outil préféré des utilisatrices et utilisateurs.

Wikipédia

Si une paroisse possède un temple remarquable ou une histoire particulière, peut-être qu’elle mérite une citation dans Wikipédia. Attention toutefois, la présentation encyclopédique des contenus interdit tout lien explicitement publicitaire. Un bonne page d’historique agrémentée de belles photos entrera facilement dans une page existant. Quant à créer une page de zéro, c’est une autre histoire; elle peut en valoir la peine.

Agendas externes

Une paroisse devrait s’interroger sur la publication d’événements dans des agendas généralistes. En particulier pour tous ses événements culturels (concerts, conférence, théâtre, etc.). En majorité, ces agendas ne rechignent pas à insérer des événements non cultuels. Souvent, ils exigent la création d’une compte et la validation des contenus.

Sites tiers

Finalement, une paroisse apparaît sur des sites tiers dont elle ne gère pas les contenus. Par exemple des sites communaux ou des sites de location de salles. La meilleure stratégie de présence consiste alors à demander un lien vers une page statique telle qu’imaginée lors de l’élaboration de la stratégie de contenu. Une page statique, maintenue à jour par la paroisse, évite de devoir contacter les responsables des sites tiers pour chaque changement de photo ou de numéro de téléphone.