theologique.ch

Élaborer une stratégie de contenu

Une stratégie de contenu est un outil pour savoir quelles pages seront ajoutés, modifiées supprimés. Et surtout quand, par qui et pourquoi. Elle est nécessaire pour conserver un site compréhensible (par les internautes) et gérable (par ses responsables) dans la durée.

La stratégie de contenu diffère de l’architecture de l’information, de la page d’accueil et du menu. Elle n’est pas un échéancier (planning) de publication.

Pour élaborer une stratégie de contenu efficace, il faut distinguer 3 types de pages dont la nature est très différente (même si leur apparence peut être similaire).

Les pages statiques

Le page statiques sont celles qui sont modifiées au fil du temps. Lorsqu’un contenu est caduc, il est modifié, mais la page reste en place. Par exemple:

Pour assurer une pérennité à ces pages, il est nécessaire que leur contenu soit (presque) intemporel. Si des extraits d’agenda y sont insérés, ils devront être supprimés une fois l’événement passé. C’est un travail difficile à assurer dans la durée; il faut souvent parcourir tout un site pour détecter les textes caducs.

Le meilleur choix pour tenir consiste à revoir ces pages une fois par semestre ou une fois par année. Pour corriger les erreurs objectives, pour supprimer ce qui n’est plus d’actualité et pour améliorer leur rédaction.

Ce pages ne sont supprimées que si une offre disparaît, si une salle n’est plus en location, si un temple est vendu.

Les pages dynamiques

Les pages dynamiques sont ajoutées quand nécessaire. C’est exactement ainsi que fonctionne l’actualité. La stratégie est simple: un nouveau contenu implique un nouvelle page. Elle disposera alors qu’un lien permanent (permalien) avec lequel il est possible de renvoyer en tout temps.

En principe, les pages dynamiques sont datées, ce qui permet aux internautes de savoir immédiatement ce qui n’est plus. Elles ne sont pas supprimées, parce qu’elles sont utile aux archives de la vie paroissiale, au référencement et elles reçoivent parfois des liens entrants (backlinks).

Elles ne sont corrigées que si elles portent une information qui peut induire en erreur. Par exemple le nom et le contact d’une personne qui n’est plus active dans la paroisse.

Dans la durée, ce sont les pages qui créent la richesse d’un site. Des internautes peuvent se rendre compte ce l’activité de l’institution, en particulier si des comptes-rendus d’événements avec galeries d’images sont proposés.

Beaucoup de site utilisent des pages statiques pour parler de leurs activités. Les contenus et liens sont supprimés régulièrement. C’est un mauvais choix. Des personnes ayant reçu un lien arrivent sur une page qui n’est plus conforme à la promesse reçue. Les renvois à cette page perdent les internautes qui ne retrouvent plus ce qui est annoncé (et se demandent si le site complètement cassé ou si la démence les guette).

Les pages automatiques

Les CMS (système de gestion de contenu) modernes créent de nombreuses pages automagiquement. C’est le cas de la page d’accueil qui propose un extrait des dernières actualités publiées. C’est aussi le cas de blogs qui créent des pages de catégories ou de mots-clés (tags). Ces pages générées automatiquement sont à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle.

La bonne nouvelle, c’est que la technique remplace des manipulation pénibles sur un site. Ajouter une page d’actualité puis ajouter un lien sur la page d’accueil n’a rien de passionnant et le risque d’erreur est élevé. Mieux vaut l’automatiser. De même, qui ne se réjouit pas qu’une page de catégorie comporte présente une liste à jour… de tous les articles de cette catégorie.

La mauvaise nouvelle, c’est que trop de pages peuvent être générées. Dupliquer des contenus est mal compris par les internautes et mal reçu par les moteurs de recherche. Certains outils créent des pages d’archives (chez WordPress, il s’agit de contenus avec /page/ dans l’adresse) qui sont parfois inconnues des responsables du site! Un audit du site permettra de les détecter et les désactiver si nécessaire

Un site sans stratégie de contenu

Ces remarques sur la stratégie de contenu peuvent étonner. Un site est aujourd’hui si simple à maintenir que supprimer des informations caduques n’est pas bien difficile. Et pourtant…

Un manque de réflexion sur la stratégie de contenu est le meilleur moyen de mettre les responsables de site dans la merde en difficulté:

À chaque nouveau contenu transmis par un·e collègue, il y aura hésitation (et perte de temps).
Est-ce que j’ajoute un événement sur la page générique de l’activité ou est-ce que je crée une nouvelle page?
Quand les activités sont passées, personne ne sait qui doit les effacer.
Est-ce que je vais supprimer ces informations alors que je ne les ai pas publiées?
Les pages statiques vieilliront (mal).
Pourquoi revoir des pages qui ne changent pas alors que je me donne déjà de la peine d’ajouter tous les contenus neufs?
Les contacts seront inaccessibles.
Qui contrôlera les anciens numéros de téléphone bien référencés dans les moteurs de recherche?

Scénario catastrophe? Pas vraiment. Il y a trop d’exemples de sites qui sont reconstruits de A à Z parce qu’ils n’étaient plus gérable, parce qu’il y avait trop de pages à reprendre et à corriger. Avec, souvent, des pertes de contenus considérables. Et un nouveau site qui posera les mêmes problèmes…

Pour aller plus loin: