theologique.ch

FAQ sur les pasteur·e·s

Beaucoup de questions portent sur les pasteures et pasteurs des Églises réformées. Quelques réponses pour aider à mieux comprendre qui sont ces «ministres du saint Évangile» ou «ministres de la parole de Dieu».

Comment devenir pasteure réformée ou pasteur réformé en Suisse romande?

Plusieurs étapes sont nécessaires pour devenir pasteur·e dans une Église réformée: une formation universitaire en théologique, suivie une formation professionnelle, puis différentes validations.

Le parcours-type est le suivant:

  1. master en théologie protestant dans une université reconnue
  2. stage pastoral de 18 mois avec des semaines de formation professionnelle
  3. période dite de «suffragance» (pratique du ministère en pleine responsabilité)
  4. consécration (par un organe démocratique à majorité laïque)
  5. nomination (pour les postes paroissiaux)

L’Office protestant de la formation (OPF) est la ressource à consulter sur ce sujet.

Une femme peut-elle devenir pasteure?

Les femmes peuvent devenir pasteures dans les Églises protestantes réformées de Suisse romande. C’est aussi le cas dans les Églises luthériennes, dans certaines Églises ou communautés évangéliques, dans certaines Église anglicanes, etc.

Ce site utilise la forme féminisée: une pasteure.

Parmi les institutions qui ont une fonction d’évêque, certaines ont déjà nommé des femmes à ce poste. C’est le cas de la communion anglicane et des Églises luthériennes et méthodistes.

Si les femmes n’ont eu accès au ministère pastoral qu’au XXe siècle, les pasteures sont de plus en plus nombreuses. Le pastorat est encore majoritairement masculin pour des raisons historiques, mais la proportion de pasteures atteint déjà 50% dans certaines Églises.

Est-ce qu’une pasteure ou un pasteur peut se marier?

Les pasteur·e·s peuvent se marier et peuvent avoir des enfants. C’est le cas depuis la Réforme protestante du XVIe siècle. Dans les protestantisme, les pasteures et pasteurs sont des femmes et des hommes comme les autres.

Si cette question est fréquemment posée, c’est en comparaison avec les prêtres catholiques romains. Ils appartiennent au clergé et ont un «statut» différent du reste de la population.

Dans le protestantisme, il n’y a pas de différence fondamentale entre les ministres (pasteur·e·s et diacres) et le peuple laïque. La «fonction de pasteur·e» n’est pas sacrée. Il n’existe pas de clergé au sens strict.

Cette absence de distinction entre clercs et laïques est appelée «sacerdoce universel»: elle est est un des principes protestants.

Pourquoi la robe pastorale est-elle noire?

La robe noire est un habit qui souligne la formation universitaire des pasteur·e·s protestant·e·s. Elle est aussi appelée robe de Genève. Elle est complétée par un rabat blanc.

On retrouve une robe noire similaire chez les avocat·e·s et lors de manifestations universitaires (par exemple lors du dies academicus).

Il arrive que des pasteur·e·s portent une robe blanche. Le blanc a une signification liturgique. La robe se rapproche alors des vêtements liturgiques catholiques. Elle souvent souvent portée dans le canton de Neuchâtel.

Les pasteures et pasteurs peuvent célébrer en habits civils. Il n’y a pas d’exigence de porter une tenue particulière pour la célébration du culte.

En principe, les diacres portent la robe blanche, même celles et ceux au bénéfice d’un titre universitaire.


Cette page reprend telles quelles des questions-réponses du site 1517.ch aujourd’hui abandonné.