Catégories
Blog

Églises ouvertes (ou pas)

Les églises ouvertes ne sont pas légion dans le monde protestant, j’en ai fait le constat durant une grosse semaine en Alsace. Ce n’est pas vraiment une surprise, mais cela m’attriste. Je ne te propose pas un exposé théologique, mais quelques notes sur le sujet de l’ouverture des édifices religieux.

Les projets «églises ouvertes»

L’Église évangélique réformée du canton de Vaud (EERV) a eu la bonne idée de proposer une documentation sur le sujet. Tu en trouveras traces sur la page Vie communautaire et cultuelle de son site. Il y a des liens vers:

Il existe, évidemment, open churches que tu connais sans doute.

Remarque: des initiatives «églises ouvertes» ponctuelles existent, des «journées églises ouvertes», mais ce n’est pas de cela que je souhaite te parler ici.

En Alsace

Tu pars quelques jours en Alsace. Tu souhaites visiter la «cathédrale» de Mulhouse, le temple St-Étienne. Elle est fermée, aucun horaire d’ouverture n’est indiqué. Pas plus de succès lorsque tu souhaites visiter le temple St-Jean.

Puis tu te rends à Strasbourg. L’église St-Paul est fermée, le Temple Neuf est fermé.

St-Paul à Strastourg: une église pas ouverte…

L’église St-Pierre-le-Jeune est ouverte, ouf!

Une église ouverte: St-Pierre-le-Jeune à Strasbourg.

Enfin tu passes à Colmar. Comme il se «doit», l’église St-Matthieu est close.

Vitrail de St-Matthieu à Colmar. Église ouverte pour une répétition musicale, nous avons négocié pour entrer…

Tu vois le truc, c’est un peu décevant. Heureusement, il y a moyen de se glisser dans ces bâtiments intéressant en rusant un peu. Au Temple Neuf de Strasbourg, juste avant une cérémonie; à St-Matthieu à Colmar durant une répétition du Conservatoire. Il faut mériter sa visite…

Tu te dis que tu fais mieux de visiter les «cathédrales laïques», «églises» ouvertes, comme la merveilleuse Aubette sur la place Kléber.

L’Aubette 1928.

Quelques notes

Il y a du boulot, évidemment, pour améliorer cela et rendre justice au patrimoine religieux protestant. C’est facile de dire qu’il faut des églises ouvertes, mais pas toujours simple à réaliser. Je vois tout de même quelques pistes:

  1. Actualiser ses horaires d’ouverture sur Google Maps. C’est frustrant d’arriver devant une porte fermée alors que le bâtiment est annoncé comme actuellement ouvert.
  2. Se coordonner un minimum avec les offices du tourisme qui mettent en avant le patrimoine religieux. Il est problématique de lister systématiquement les temples dans les incontournables alors qu’ils sont «invisitables».
  3. Proposer des visites virtuelles de qualité. Quelques photos de une présentation, c’est déjà pas mal… Quelques détails des édifices et des œuvres d’art. J’essaie d’apporter ma brique à la visibilité du patrimoine protestant; je documente ce que je visite, si possible en version panoramique.

Je t’invite à relire les mots d’introduction de la brochure de l’EERV dont j’ai parlé ci-dessus:

De nombreuses personnes aiment pénétrer dans une église, quel que soit le moment de la journée et donc pas forcément le dimanche à dix heures. Elles se laissent imprégner par l’espace, la lumière, les vitraux. Elles déambulent le long des travées, jettent un coup d’œil à la Bible grande ouverte. Elles vont aussi allumer une bougie; peut-être aussi s’asseoir, prier ou se laisser aller à la méditation. Avant de sortir, elles prendront avec elles un message de bénédiction ou le petit livret sur l’histoire du bâtiment. Une fois dehors, elles prendront encore un peu d’eau à la fontaine devant l’Eglise.

Passantes et passants viennent dans l’église pour laisser derrière eux une vie quotidienne bruyante et agitée et parce qu’ils vont trouver clarté et tranquillité, peutêtre aussi pour aborder une question difficile dans une atmosphère de paix et de consolation. Certains seront intéressés par l’aspect architectural et de longs siècles d’histoire, d’autres seront en quête de communion avec la chrétienté universelle.

Une église ouverte l’est pour tout le monde, pour les habitués de la paroisse comme pour les nouveaux-arrivants, pour les individus proches de l’Eglise et ceux qui en sont éloignés, pour les visiteurs venus en voisins ou d’horizons lointains, porteurs d’autres cultures et appartenances religieuses, et à n’importe quel moment, un jour de semaine comme un jour férié.

Ces visiteurs sont souvent animés par un questionnement nouveau sur la dimension religieuse et sont en quête de spiritualité. Autant de bonnes raisons d’aménager l’église pour y répondre en l’ouvrant selon un horaire fixe et annoncé comme tel.

Olivier Favrod

Et je te dis ceci en guise de conclusion:

  • Je me sens assez mal à l’aise à l’idée d’un protestantisme qui devient un club, accessible uniquement à celles et ceux qui en font partie. Le seuil du temple est trop haut, il faut s’en rendre compte.
  • J’ai beaucoup de doutes quand à intelligibilité du discours des Églises sur l’accueil radical et inconditionnel alors que les lieux patrimoniaux (en plus d’être cultuels) sont simplement fermés.
  • J’hésiter à lancer un nouveau projet sur les églises ouvertes, à la manière de Trouver ma paroisse (qui a trouvé son public).

À tout hasard, je laisse les commentaires ouverts pour ce billet. Cette page sera complétée en fonction des commentaires, voire relue et corrigée 😉 Et un éventuel site sur le sujet dépendra de vos remarques.

Je suis toujours disponible pour t’aider à gérer ta fiche Google Maps / Google Business.


Note du 18 octobre 2021. Les frais d’adhésion au projet open churches me font pencher pour la création d’un site où la publication d’une église ouverte serait gratuite…


Note du 27 octobre 2021. C’est parti pour un essai:
eglises-ouvertes.ch.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *