Catégories
Purgatoire

Créer des formats de publication

Le rayonnement du protestantisme sur le web passera par la capacité de celles et ceux qui proposent des contenus à créer des formats de publication pertinents. Vidéos, images, textes et sons en sont une composante. De même que la longueur ou l’organisation des pages. Ainsi que la structure de tout le site.

Si la question du référencement (SEO) de vos articles vous intrigue, une consultation de mes articles sur mon blog professionnel vous permettra d’en savoir plus.

Formats de contenus et fichiers

La première notion de format qui s’impose quand on parle d’Internet, ce sont les types de contenus. Quatre briques de base constituent toute page sur le web:

  • le texte (avec sa mise en page, ses intertitres et ses liens)
  • les images (décoratives ou informatives)
  • le son (qui reprend le texte ou non)
  • la vidéo (idem)

La seconde notion qui s’impose, ce sont les formats de fichiers. Certains sont mieux adaptés à certaines utilisations, d’autres sont à bannir des sites. Mais ce n’est pas l’objet de ce billet.

Créer un format pour une page web

Ce que je pense être un format de page web, c’est la combinaison de ces différents types de contenus. Le texte propose généralement la structure et conduit l’argumentation de l’ensemble. Les vidéos agrémentent le fil conducteur textuel. Les sons, quand il s’agit de podcasts reprennent le texte sous une autre forme. Les images donnent un ton, ajoutent de l’information ou permettent une respiration.

Un banc pour une pause
L’image, comme un banc lors d’une randonnée, peut suggérer une pause pour intégrer ce qui vient d’être vu. Et pour imaginer la suite du voyage…

Il n’existe pas, en soi, de bons ou de mauvais formats. Autrement dit, toutes les combinaisons des 4 briques de base sont utilisables. Leur nombre, leur ordre ou leur longueur peuvent varier à condition de servir le propos de la page en particulier et du site en général.

Inventer un format, c’est donc se poser la question de ses objectifs et de trouver la meilleure façon de les atteindre. Sur un site donné, la répétition d’un format précis pour un corpus identifiable de pages permet d’améliorer la compréhension de la démarche.

Plutôt que d’imaginer des possibles sur le web, il vaut la peine de documenter quelques formats existants pour exprimer une pensée théologique.

Des propositions théologiques existantes

De tout temps, les théologiens ont inventé des formes et des schémas destinés à faire passer leurs messages. Dès l’Ancien Testament, on trouve des textes poétiques et des textes narratifs. Les auteurs bibliques ont ressenti le besoin de créer des formats (ou fait le choix de réutiliser des formats existants considérés comme bons).

Ensuite, dans le Nouveau Testament, on trouve les évangiles qui prennent la forme d’un récit de vie pour en faire une proposition théologique. Ainsi que les épîtres de Paul: des lettres pour dire et formuler une théologie et une ecclésiologie.

Avec son Petit Catéchisme, Martin Luther a créé un format pédagogique. Il propose les grandes lignes de la foi réformée sous forme de questions et réponses brèves.

Dans un style académique, le commentaire a son format propre. Il suit un fil conducteur dicté par le livre étudié. La structure du texte, verset par verset, peut être efficace ou pénible selon l’objet d’étude et les capacités rédactionnelles des exégètes. Mais le commentaire est bien un format.

En contexte protestant, il est évident que le culte possède aussi son format spécifique. Un ordre liturgique, des lieux privilégiés, une durée prévisible, un moment particulier dans la semaine; c’est encore une fois un schéma ou un format.

Créer des formats de culte en ligne

Le culte, justement, parlons-en. Faut-il créer des formats spécifiques au web? Des cultes filmés, diffusés en direct ou en différé, ne sont que des des transcriptions. Un culte en ligne peut être identique à un culte télévisé, qui est lui-même une captation d’un culte en direct. Il est possible de faire ainsi, mais ce n’est certainement pas la seule piste à suivre.

Le pasteur genevois Philippe Golaz propose des cultes interactifs en streaming alors que certaines paroisses diffusent des célébrations qui mêlent textes écrits et prédication en vidéo. Des milliers de variations sont possibles mais je ne compte pas les hiérarchiser. L’enjeu réside dans la capacité à dire ce que pourrait être un vrai culte qui ne serait pas forcément formaté comme un culte ordinaire.

En premier lieu, il faudrait lister ce qui est constitutif d’un culte, ce qui est nécessaire du culte. Ensuite se poser la question, partie par partie, du format de chacune. Enfin d’évaluer la pertinence du tout.

N’étant pas liturge, je pas grand-chose d’intéressant à dire sur le sujet. Sauf pour la méthode: qu’est-ce qui est nécessaire? qu’est-ce qui est souhaitable? et quel format pour quel élément liturgique?

Lire aussi: Réel contre virtuel: opposition à risques

Un seul exemple pour le culte en ligne. L’accueil ne peut pas être simplement similaire à une célébration traditionnelle. Les personnes présentes vous connaissent probablement, mais les internautes ne savent pas qui vous êtes; présentez-vous! La cérémonie physique a lieu à un endroit précis, à une date précise. Peut-être que ces informations ont une importance pour la compréhension de votre prédication; donnez-les!

Le culte n’étant pas ma spécialité, je préfère alors un exemple qui m’est plus accessible.

Transcrire un calendrier de l’avent

L’équipe de l’Avent Autrement propose un calendrier de l’avent en ligne depuis plus de 10 ans. Je fais partie de cette équipe, mais uniquement d’un point de vue logistique, pour la mise en ligne de contenus et l’envoi de mails quotidiens. Tout le mérite de la création revient aux autres personnes de l’équipe.

Tout le monde connaît le calendrier de l’avent physique. Un jour, une porte. L’Avent Autrement a créé des formats pour transcrire cette réalité physique en réalité web. D’une part un format quotidien:

  • image
  • texte biblique
  • méditation
  • activités et bricolages en famille

D’autre part un format global:

  • chaque jour représente une nouvelle page
  • une page annuelle regroupe toutes les journées (les portes)
  • un bricolage demande toute la durée du calendrier
  • d’autres bricolages sont quotidiens

Je trouve ce format efficace et intéressant. C’est une belle transformation web d’une activité traditionnelle. Au point que je me demande encore si je serai capable de proposer une calendrier de l’avent décent sur ce site…

Proposition: Mon calendrier de l’avent 2020

Créer des formats inédits

Il est aussi possible de créer des formats de toutes pièces. Ils peuvent être des traductions web de contenus existants ou non.

Méditations domestiques

Sur son blog, la pasteure Laure Devaux Allisson a inventé des méditations domestiques. À mon avis, c’est vraiment un format réussi. En résumé:

  • une vidéo de quelques minutes
  • filmée dans la maison
  • sur un thème précis
  • qui éclaire théologiquement une situation quotidienne
  • avec en bonus le texte intégral
  • et une relance (chanson, texte, liens, etc.)

Rien à ajouter, ça fonctionne superbement et j’adore.

Questions et réponses

Il existe d’autres manières de procéder par questions et réponses que le Petit Catéchisme de Luther. Sur son site Je cherche Dieu, le pasteur Marc Pernot répond à des vraies questions d’internautes. Le format existait depuis longtemps chez questiondieu.com, un site précurseur désormais au repos.

Dans le domaine, il y aurait d’autre pistes, d’autre formats, à explorer. En particulier la foire aux questions (FAQ) qui pourrait traiter de l’intégralité d’une thématique sur une seule page, en plusieurs questions. À l’inverse des propositions web ci-dessus qui proposent une page pour une question.

Une fois de plus, pas de bon ou de mauvais format. Mais simplement des schémas de structuration d’écriture différents pour des projets différents.

Tutoriels et retours d’expérience

Ma femme Diane Friedli prend l’excellente habitude de documenter des expériences. Récemment, elle a proposé une animation catéchétique en ligne sur laquelle elle a fourni un retour. La création d’un format spécifique pour ce type de billet de retour d’expérience pourrait apporter un plus. Par exemple en créant un encart en début ou fin d’article, portant des informations synthétiques:

  • temps de préparation
  • durée de l’animation
  • publics cibles
  • budget
  • matériel nécessaire
  • etc.

Le format tutoriel (howto) me paraît sous-exploité dans le domaine théologique. Une démarche étape par étape, précise et structurée, pourrait aider au partage d’expérience.

Créer des formats de carnets

Tout blog est en soi un carnet, par son aspect (souvent) personnel et toujours chronologique. Mais il existe des personnes qui vont plus loin dans la démarche. C’est le cas de Thierry Crouzet qui propose l’ensemble d’un mois de journal dans une seule page de blog. Je trouve cela délicieux, tout en ayant conscience que le résultat tient en grande partie à la qualité de plume de Crouzet.

Si je me risquais, une fois, à tenir un journal, je choisirais ce format. En avouant que ce n’est qu’un fantasme, parce que trop exigeant du point de vue littéraire. Je devrais probablement en changer ensuite pour un format conforme à mes capacités. Triste réalité.

Créer des formats
Chaque quotidien propose son format: taille des pages, pagination, chemin de fer, ton employé, etc.

Créer ses formats et les documenter

Quelques pistes viennent d’être suggérées, mais en réalité, rien n’est aussi simple. Vous pouvez essayer de diffuser un culte en vidéo sur Facebook, mais vous n’aurez pas forcément l’aisance d’un Philippe Golaz. Vous pouvez enregistrer votre prédication au dressing, mais elle ne sera pas une méditation domestique telle que les propose Laure Devaux Allisson. Répondre à des questions en tant que théologien mais sans implication pastorale sincère ne fera pas de vous un nouveau Marc Pernot.

En d’autres termes, il y a derrière toutes ces initiatives des compétences, des réflexions et une préparation qui rendent l’imitation difficile. Pourtant, je suis certain que ces blogueuses et blogueurs accepteraient que leurs idées soient reprises.

Nous avons toutes et tous connu des séances et des fonctionnements que nous ne comprenions pas. Ou plutôt, dont nous sentions qu’ils avaient été repris tels quels, sans êtres compris et intégrés. C’est la voie toute tracée vers l’échec malgré toute la bonne volonté du monde.

En conséquence, j’invite toutes les personnes qui inventent des formats à les documenter publiquement. D’un part pour mettre au clair leurs propres idées, d’autre part pour aider leurs collègues à produire de meilleurs contenus. La théologie protestante le mérite.

Proposer des sites efficaces

Vous connaissez mon intérêt tout particulier pour les blogs. J’en ai déjà parlé ici et vous propose une liste de blogs pour découvrir le protestantisme. Je ne les ai pas choisis par hasard. J’estime qu’ils proposent des formats dignes d’intérêt.

À ce propos, il faut parler d’un problème inquiétant. Beaucoup de contenus théologiques sont mal publiés sur le web. En effet, il ne suffit pas de poser un texte prévu qui n’a pas été conçu pour Internet pour en faire une bonne page. J’essaie d’expliquer ailleurs comment utiliser correctement les catégories et étiquettes de son blog. De même, il ne suffit pas d’accumuler des pages classées chronologiquement pour en faire un blog lisible.

À lire aussi: Partager des bons articles

En fait, chaque page web exige de proposer un format qui soit à la fois efficace pour les internautes et compréhensible pour les moteurs de recherche. Cette page ne propose de toute évidence aucun format particulier visible. Mais elle répond aux critères formels d’un bon billet de blog. Quand je publie ainsi, je ne crée pas des formats, j’essaie de respecter certaines règles reconnues pour favoriser le référencement et la lisibilité.

Par exemple:

  • une utilisation modérée de la voix passive
  • une hiérarchie de titres cohérente
  • des phrases et des paragraphes de bonne longueur
  • une répartition optimale des phrases-clés et mots-clés
  • des titres et descriptions conformes au contenu

Format invisible mais important pour que vos articles théologiques ne restent pas cantonnés à un petit club. Un site efficace, c’est l’outil qui permet d’être visible à celles et ceux qui ne nous connaissaient pas avant. Et soudain, des internautes débarquent sans prévenir par un lien ou une recherche. Au secours!


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *