theologique.ch

Disparitions & archives

(dernière modification: )

L’importance des citations en théologie exige une réflexion sur la pérennité des contenus numériques. Plus que de savoir quoi sauvegarder, il faut commencer par se demander qui devrait se constituer des archives. Le renouvellement de ce blog personnel nourrit la réflexion.

Supprimer un blog personnel

Début 2022, l’ancienne version de theologique.ch disparaît; une nouvelle arrive. Les anciens contenus ne sont plus disponibles en ligne. De nouveaux billets seront publiés pour devenir archives.

Beaucoup de sites apparaissent et disparaissent tous les jours. Cette suppression d’un blog personnel est banale. Pourtant, il n’est pas rare de recevoir des messages de personnes qui recherchent d’anciens contenus.

Des internautes souhaitent une publication pérenne, pour disposer d’archives. Pourtant, les blogs personnels et les sites indépendants ne s’engagent à rien. Certainement pas à assurer leur archivage en plus de proposer du rare contenu frais en théologie.

L’éradication d’anciens contenus est de ma seule liberté. Toutefois, par respect pour les liens vers ce site, des redirection utiles seront activées. Mais vous ne retrouvez ce que vous souhaitez, c’est votre problème.

Conserver des pages

Il n’est pas très difficile de sauvegarder des pages web aujourd’hui. À condition d’être au point sur ce qui est souhaité: le texte seul? avec sa mise en page? et ses images? des liens cliquables?

Tout est alors question d’objectifs:

Les chercheuses et chercheurs en théologie (et en sciences humaines) ont certainement adopté des techniques efficaces:

Se pose aussi la question du contexte. La citation d’un paragraphe d’un billet de blog interroge. Parce qu’un article de blog se positionne dans une chronologie, dispose de tags, est classé dans une catégorie, etc. Et parce qu’une page web propose des liens qui sont parfois des sources (je me suis inspiré de) et parfois des renvois (pour aller plus loin).

Aspirer un site

Une piste pour travailler sur un site de taille raisonnable est sa sauvegarde intégrale. Il existe des aspirateurs de sites qui font très bien le travail et qui permettent de conserver à la fois le contenu et le contexte immédiat.

Un outil comme wget permet de faire le boulot en une seule ligne:

wget -rpkE https://theologique.ch

Se constituer des archives web aujourd’hui, c’est peut-être disposer de sites complets durant le temps de son travail de recherche. Et, pourquoi pas, de sauvegarder toutes les pages auxquelles le site renvoie.

Disposer d’archives techniques

Les chercheuses et chercheurs pourraient peuvent aussi obtenir des archives «techniques» qui ont le mérite d’être plus compactes. Elle permettent de systématiser le travail sur un corpus donné.

Pour un site motorisé par WordPress, il est envisageable d’obtenir un fichier d’exportation. Et pour un site comme l’actuel theologique.ch, la copie (clone) du dépôt GitHub rend la chose triviale. Avec git, il y a le site en l’état et toute son histoire ainsi que les commentaires de l’auteur dans un même répertoire.

Faire appel à Wayback Machine

Wayback Machine est une banque de données de contenus web. Elle dispose d’immenses archives, mais elle ne peut tout sauvegarder automatiquement.

C’est là que le lien en bas de la nouvelle version de theologique.ch vient à la rescousse. Un clic sur Wayback Machine propose la liste des sauvegardes de la page dans la base de données. Si la page n’a jamais été sauvegeardée, il est possible de lancer une première sauvagarde.

L’avantage par rapport à des sauvegardes personnelles: ces pages archivées sont accessibles à toutes et à tous. Les théologiennes et théologiens du XXIe siècle feraient bien d’utiliser ce genre d’outils. Si ce n’est pour leur génération, ce sera pour les suivantes. Si le site résiste au temps…

Quelques pages des anciennes version de theologique.ch sont disponibles dans la Wayback Machine. Celles qui seront utiles à des internautes pourront être ajoutées en quelques clics.

L’archivage de n’importe quelle page peut être proposé, y compris sans lien spécifique. Il faut alors copier-coller l’URL dans le forumulaire de sauvegarde. C’est un bon réflexe à adopter lorsque l’on trouve des contenus de qualité sur le web.

Reconstituer à partir de citations

Avec la perte de contexte et l’individualisation des archives, j’imagine la recherche en théologie dans quelques années. Il faudra faire l’histoire du christianisme à coup de blogs disparus, de sites institutionnels refondus et de sites d’actualité sans archives. Il existera ça et là des extraits de texte sans contexte ou des renvois à des sources introuvables.

Relire l’histoire des institutions protestantes sans bonnes archives numériques sera difficile. Étudier la crise du Covid-19 ou les débats sur le mariage pour tous sans disposer de blogs sera complexe.

Des quantités importantes de données survivront, mais personne ne saura où elles se cachent. Au final, il ne pourrait subsister que des citations avec lesquelles il faudra tout reconstruire. Toute similitude avec l’exégèse biblique est purement fortuite.