theologique.ch

Politique de liens

Le web, c’est simple. Il est constitué de contenus et de liens. Comprendre ce qu’est un contenu est assez intuitif, comprendre ce qu’est vraiment un lien sur le web, c’est plus compliqué. J’essaie de tout vous dire simplement.

Comment fonctionne Google?

Avant l’arrivée de Google, un moteur de recherche «lisait» les pages d’Internet pour en lister les mots clés. Lors d’une recherche, il résitituait grossièrement les pages présentant ces mots-clés. Il était assez facile de duper les moteurs.

Avec l’arrivée de Google et la première version de son algorithme, tout a changé. Le principe très simplifié du PageRank est le suivant:

C’est très simple en théorie, mais très complexe à mettre en pratique. Cette nouvelle méthode et la capacité de Google à la mettre en œuvre lui a permis d’écraser la concurrence.

Par la suite, l’algorithme de Google, qui reste un secret industriel, s’est amélioré. Ce dont nous sommes certains:

Comment fonctionnent les internautes?

Mais on fait avant tout un site pour des personnes. On ne publie pas des contenus de qualité pour le bon plaisir de Google ou des autres moteurs de recherche.

La force des moteurs de recherche actuels – tous ont repris peu ou prou les mêmes méthodes – est qu’ils ressemblent étrangement à un comportement humain. Une page qui se situe dans un ensemble thématique, qui est de qualité (bien écrite et structurée) et qui reçoit des liens d’autres pages de qualité est fatalement bonne.

Elle arrivera dans les meilleurs résultats de recherche et c’est exactement ce que recherchent les internautes. Google domine – trop! – le marché parce qu’il offre les meilleurs résultats; les plus pertinents, les plus utiles.

Le lien est un don

Une page a donc une valeur qui résulte de la qualité de son contenu, de son inclusion dans un ensemble cohérent et des liens qu’elle reçoit. Le système du PageRank permet à cette page de donner de la valeur par des liens.

En langage courant, Google et les moteurs de recherche récompensent la qualité en offrant des bons cadeaux. En faisant des liens à partir du corps du texte de cette page, son auteur·e offre un peu de valeur à d’autres pages du web. Ces liens ne font pas perdre de valeur à la page!

Si une personne ne fait pas de lien à partir d’une page, elle ne thésaurise pas. Elle se contente de mettre les bons cadeaux reçus à la corbeille. Sa page ne vaudra pas plus, mais elle n’aura rien offert. D’une certaine manière, vous ne rentabilisez ni la qualité de vos contenus ni le soutien de celles et ceux qui vous ont soutenu par un lien.

Ne rien offrir, c’est exactement ce que font la majorité des sites institutionnels, paroissiaux, ecclésiaux et journalistiques. Je ne sais pas pourquoi il en est ainsi. C’est dramatique, qu’importe que ce soit par choix, par négligence ou par incompétence.

Pour continuer dans la logique des bons cadeaux. La valeur de ce que vous pouvez offrir est limitée. Pour simplifier, la valeur totale à transmettre est fixée. Elle est divisée par le nombre de liens proposés dans la page. Trop de liens c’est offrir très – trop! – peu à chaque cible.

Lorsque l’on donne, c’est sans intention de recevoir en retour. Faites un lien vers une page d’un autre site, il n’est pas certain qu’elle fera un lien vers votre site. Et alors. Si votre page est de qualité, elle recevra toujours des liens à terme.

Stratégie de liens

Reste à choisir quelle stratégie appliquer. Il y a des bouquins entiers sur le sujets, des conférences, des tutoriels vidéo, etc. Vous trouvez si cela vous passionne, mais je vais au plus simple.

La méthode est simpliste. Sur chaque page de contenu de votre site, dans le corps du texte, proposez 4 liens:

Cette proposition est parfaitement discutable. Et vous remarquez que ce site n’applique pas cette règle, parce qu’il est un wiki. Mais c’est une méthode qui marche. Vous saurez très rapidement quand une page exige plus ou moins de liens internes et plus ou moins de liens externes.

Pour reprendre l’idée de Laurent Bourrelly, un des meilleurs spécialistes de référencement:

Ce qui compte, c’est de savoir quelle page fait un lien vers quelles pages et pourquoi.

Si vous avez compris cette phrase et l’appliquez, vous avez tout compris au web. De bons contenus bien structurés et des liens pertinents, c’est tout qui compte.

Lorsque vous publiez des contenus préexistants – à tout hasard votre prédication du dernier dimanche – n’oubliez jamais d’y ajouter quelques liens également.

À propos des réseaux sociaux

Les liens partagés sur les réseaux sociaux n’apportent aucune valeur aux pages vers lesquels ils renvoient. Ils peuvent apporter des visites à votre site et le faire connaître, mais ils ne donnent strictement rien dans la durée!

Un lien proposé vers une bonne page de votre site vaut tous les partages Facebook ou Twitter. Malheureusement, le monde protestant néglige les dons sous forme de liens depuis des années; c’est facile de tomber dans le piège.

L’immédiateté des réseaux sociaux entretient l’illusion de l’efficacité. Une page vue 100 fois dans la journée a quelque chose de flatteur. Et c’est beaucoup plus visible que 1000 visites dans l’année.

Appel aux responsables de sites et blogs

J’espère avoir rédigé une page compréhensible. Je vous invite à la lire et la relire; c’est la plus importante de tout ce site. Je le répète sans exagération: si vous avez compris cette page, vous avez compris le web!

Créez des liens à partir de chaque page de contenu que vous publiez. Ne galvaudez pas les bons cadeaux reçus. En tenant un blog personnel, vous avez deux chances immenses que je vous demande d’apprécier:

Si vous trouvez que theologique.ch propose des contenus intéressants, proposez un lien vers une page pertinente (et non sur la page d’accueil) à partir de votre site ou blog. Si vous ne savez pas sur laquelle, visez celle-ci. Merci infiniment!